Louis-Philippe et Fontaine

Louis-Philippe hérite du château d’Eu au décès de sa mère en 1821. Le futur roi veut conserver le château, malgré l’état déplorable du bâtiment. Il s’obstine à conserver cette antique bâtisse où les présences des Guises et de la Grande Mademoiselle sont encore palpables. Louis-Philippe se souvient aussi des visites rendues en ce lieu à son grand-père, le duc de Penthièvre.

 

Les acteurs du chantier

  • Jacques-Etienne PANNIER d’après Joseph-Désiré COURT | Pierre-François-Léonard Fontaine
    Gravure | Don de M. Jean JOSSE, 1977.16.4
Image sur

Architecte néoclassique et décorateur, Pierre François Léonard Fontaine (1762- 1853), avec son condisciple Charles Percier, est l’un des inventeurs et principaux représentants du style Empire. Architecte du gouvernement en 1801, il fut nommé Premier architecte par Napoléon en 1813. Il resta en place malgré les changements de régime jusqu’à sa démission en 1848. Lors de la Restauration, il fut à la fois l’architecte de Louis XVIII et du duc d’Orléans, le futur roi des Français, Louis- Philippe. Ce dernier lui demanda de travailler sur le Palais Royal, les châteaux de Neuilly, Villiers et Eu.

 
  • Georges-Peter HEALY | Louis-Philippe
    Huile sur toile | Don de l’Association des Amis du Musée Louis-Philippe, 2008.14
Image sur

Louis-Philippe (1773- 1850) est le fils de Louise Marie Adélaïde de Bourbon-Penthièvre et du duc d’Orléans, appelé Philippe-Egalité durant la Révolution. Partisan de la Révolution Française, il participe aux batailles de Valmy et de Jemappes. Proscrit par le gouvernement révolutionnaire, Louis-Philippe s’exile. Après avoir voyagé en Suisse, en Scandinavie et aux Etats-Unis, il épouse en 1809 Marie-Amélie de Bourbon, princesse des Deux-Siciles dont il a dix enfants. Louis-Philippe revient en France sous la Restauration et récupère une partie de ses biens. A la mort de sa mère, il hérite du château d’Eu qu’il restaure et qui devient sa résidence estivale. Admirateur du régime britannique qu’il prend pour modèle, la Révolution de 1830 l’amène au pouvoir. Louis-Philippe est alors proclamé Roi des Français par la Chambre des députés et le reste jusqu’à la Révolution de 1848. Il est le dernier roi à avoir effectivement régné en France.

 

Quelques objets de la période

  • Coupe de la grosse cheminée des cuisines
    Dessin | 1838 | Fonds ancien, 2007.0.82

    Sous le Premier Empire, le château d’Eu est pressenti pour devenir un palais impérial. C’est sans doute à cette époque que des démolitions sont engagées sur les bâtiments du domaine qui servaient auparavant de dépendances, le pavillon central partiellement construit à l’époque des Guises et le petit château, situé dans le parc. Ces travaux s’arrêtent, semble-t-il, avec la chute de Napoléon Ier en 1814, et le château d’Eu demeure ainsi, à partir de cette période, amputé de ces dépendances.

    Une des premières missions confiées à l’architecte Fontaine par Louis-Philippe consiste donc dans l’édification d’énormes dépendances, aujourd’hui occupées par le centre des Fontaines.

  • Siméon FORT | La chambre de la reine Marie-Amélie à Eu
    Aquarelle | 1843 | Achat de la ville d’Eu, 1989.7.1

    La collection laissée par la Grande Mademoiselle est restaurée et sert de fondement à la nouvelle décoration du château. Enchâssé le plus souvent dans des boiseries peintes en faux marbre, cet ensemble de tableaux, connu à l’époque dans toute l’Europe, est enrichi de commandes faites par Louis-Philippe aux peintres du temps.

  • Georges-Alphonse JACOB-DESMALTER | Fauteuil Louis-Philippe
    Achat de la ville d’Eu, 1980.7.1.5

    Elève de Percier, Georges-Alphonse (1799-1870) prend la direction de la maison familiale en 1825. Il reçoit, comme son père, le titre d’ébéniste et fabricant de meubles du Garde-Meuble de la Couronne. Il reçoit peu de commandes sous la Restauration mais devient un des fournisseurs attitrés des palais royaux sous Louis- Philippe. Il fournit ainsi des meubles pour le château d’Eu, à deux reprises, en 1839 et 1846.

  • Hippolyte Sebron | La Reine Victoria au bras du Roi Louis-Philippe visitant les tombeaux des comtes d’Eu
    Huile sur toile | 1845 | Dépôt du département des peintures du Louvre, D 1971

    H. Sebron est un peintre d’histoire né dans le Pays de Caux en Normandie. Il dépeint ici la visite de la reine Victoria au château d’Eu, et plus particulièrement dans la crypte de la Collégiale, le 5 septembre 1843. Louis- Philippe se conduit alors comme un guide intarissable car, au-delà du château et de son parc, le Roi a fait restaurer la voûte de la nef de la Collégiale, et a commandé à la Manufacture de Sèvres les vitraux de la façade Ouest.

    Dans la crypte, Victoria peut admirer les nouveaux aménagements permettant l’accueil des tombeaux des comtes d’Eu de la maison d’Artois, saccagés au moment de la Révolution de 1789.