Galeries de portraits, œuvres du Frac Normandie-Rouen

Pour diffuser sa collection sur le territoire normand, le Fonds Régional d’Art Contemporain Normandie Rouen a choisi cette année d’investir les demeures de grands écrivains et personnages tels que Victor Hugo, Pierre Corneille, Guy de Maupassant ou encore Louis-Philippe, toutes regroupées sous le label « Les Maisons des Illustres ». En écho à la collection de portraits du Musée Louis-Philippe, et tout particulièrement de la Galerie de Guise, le Frac rassemblera dans les espaces d’expositions avoisinants, un certain nombre de portraits issus de sa collection du 8 septembre au 28 octobre 2018.

La Grande Guerre dans la bibliothèque du comte d’Eu Témoignages, récits, analyses

Le 2 juin prochain ouvrira au Musée Louis-Philippe une exposition intitulée La Grande Guerre dans la bibliothèque du comte d’Eu. Pendant plusieurs année, l’équipe du Musée Louis-Philippe s’est attelée au récolement décennal. Cette opération qui vise à contrôler les collections a permis une connaissance plus précise de la bibliothèque du château. Cela avait permis en 2014 l’organisation d’une première exposition consacrée au thème du voyage. Dans le cadre des commémorations liées à la Première Guerre Mondiale, l’exposition visible jusqu’au 31 août, sera dédiée aux ouvrages publiés entre 1914 et 1921. La famille d’Orléans-Bragance avait été particulièrement touchée durant cette période, le conflit ayant entrainé la mort de deux des fils du comte et de la comtesse d’Eu, les princes Louis et Antoine. La bibliothèque du château abrite un large choix de témoignages de soldats, de diplomates, de politiques, accompagnés de récits liés à la vie civile touchant tout autant la Belgique, la France, que l’Allemagne. L’exposition montrera ainsi environ 250 livres navigant entre patriotisme, propagande et caricature. À signaler particulièrement, l’ouvrage posthume Glanes et Copeaux du poète picard Marius Touron né à Nibas et mort aux champs d’honneur en 1915. La Grande Guerre dans la bibliothèque du comte d’Eu 2 juin-31 août 2018

La réouverture du Musée Louis-Philippe en 2018

Le Musée Louis-Philippe ouvre, pour sa nouvelle saison, ses portes au public le 15 mars 2018. Durant l’hiver, il a pu, grâce à un deuxième dépôt du Mobilier National, après celui occupant aujourd’hui la Galerie de Guise, disposer dans le Grand salon, au rez-de-chaussée du château, un ensemble aux superbes ornements, composé d’un canapé, six fauteuils, six chaises, accompagnés d’un pare-feu, de deux bergères et d’un coussin de pied. Il s’agit d’un exemple exceptionnel pour l’histoire des arts décoratifs sous la Monarchie de Juillet et un témoignage des liens affectueux qui unissaient Louis-Philippe à ses enfants. En partie prélevés dans le garde-meuble du château d'Eu, ces meubles ont été offerts, en effet, par le roi à sa fille, la princesse Clémentine, pour son mariage le 20 avril 1843. Grâce à ce dépôt du Mobilier National, le parcours de visite au rez-de-chaussée contient de nombreuses nouveautés. Ce n’est pas simplement une salle qui a vu changer son ameublement mais l’ensemble des espaces du rez-de-chaussée, principalement le petit salon et la chambre, afin de correspondre au mieux aux fonctions de ces pièces à l’époque du roi Louis-Philippe.

Une triste nouvelle, la disparition du Docteur Albert Court

Né à Dijon le 31 décembre 1933, le Docteur Albert Court nous a quittés le 28 décembre 2017. C'est en véritable mécène qu'il a fait pendant une vingtaine d'années de multiples dons au Musée Louis-Philippe. Cette générosité a connu son point d’orgue par l’entrée dans les collections du musée de son exceptionnelle collection personnelle de près de 140 objets et lots en 2013. En 2008, lui avait été remise la médaille de la ville d'Eu. Le 11 décembre 2009, Monsieur le Chancelier de l'Institut de France, le prince Gabriel de Broglie, Président d'Honneur de l’Association des Amis du Musée Louis-Philippe, dont Albert Court était un membre actif, l’avait décoré de l'ordre des Arts et Lettres. Le Musée Louis-Philippe s’associe à la peine de sa famille et de ses nombreux amis.

170 ans d’attente… la Galerie de Guise remeublée grâce au Mobilier national

En mars 2012, lDSCN4196a Galerie de Guise ouvrait ses portes au public. Cette vaste salle de réception est devenue au fil de l’histoire du château d’Eu la pièce la plus prestigieuse de l’édifice. Détruite lors d’un incendie, le chantier qui s’était ouvert au printemps 2010 avait permis d’achever sa reconstitution et de lui redonner toute sa beauté.

Une nouvelle étape importante va être franchie en 2017. Le Musée Louis-Philippe va pouvoir, grâce à un dépôt du Mobilier national, disposer dans la Galerie de Guise, un mobilier orné de tapisseries de Beauvais, commandées par Louis-Philippe pour cette salle, et composé de quatre canapés, six fauteuils et douze chaises.

 C'est en janvier 1845 que Louis-Philippe approuva le devis pour la peinture des modèles de sièges pour la galerie des Guise dont il avait ordonné la composition dès la fin de 1841. L'achèvement du tissage était alors prévu pour la fin décembre 1846. Il n'intervint qu'à la fin de 1848, après la chute de la Monarchie de Juillet. En raison des évènements politiques, les tapisseries ne furent jamais utilisées à Eu.

En 2017, après près de 170 ans d’attente, cette commande royale va enfin pouvoir rejoindre sa destination grâce au dépôt du Mobilier national.