L’histoire comme paysage, quelques aspects du parc du château d’Eu

La présence des comtes et comtesses d’Eu a largement façonné le territoire entourant le château. Le parc, dont la vision se résume aujourd’hui trop souvent au jardin à la française, a longtemps été la tête de pont d’un vaste domaine. Ce dernier, bien qu’il n’ait plus sa taille d’autrefois, reste un élément majeur du patrimoine eudois. Au printemps 2017, vont commencer les travaux de restauration du mur de soutènement du jardin à la française. C’est l’occasion pour le Musée Louis-Philippe de redonner un contexte à ce chantier très important.

L’exposition s’appuie sur des objets et des œuvres allant du XVIIIe s. au XIXe s., même si cette dernière période sera privilégiée. C’est à ce moment-là que le domaine connaît un grand nombre de modifications sous l’impulsion de Louis-Philippe. Son attitude vis-à-vis du parc du château sera la même que celle observée pour sa fortune personnelle : récupérer morceau par morceau un héritage souvent dispersé par la Révolution et l’étendre par une démarche obstinée et réfléchie. La superficie des jardins s’accroît alors considérablement à mesure que leur gestion s’améliore. Les petit et grand parcs, la forêt, font alors l’objet de tous les soins de leurs propriétaires successifs. Plans, tableaux, cartes postales aideront le visiteur à comprendre cette évolution.

Du cloisonnement créé par les murs édifiés à l’époque de la Grande Mademoiselle, le XIXe s. se démarque et rompt progressivement. Du cœur primitif, maintenu dans l’esprit des origines, le jardin se confondra, au fil des agrandissements voulus par Louis-Philippe, avec la nature environnante.

Cette exposition a été rendu possible grâce à des prêts demandés auprès de la Fondation Saint-Louis, des Archives nationales, de la Cité de la Céramique-Sèvres & Limoges, du Musée des Beaux-arts de Rouen et des Archives communales de la ville d’Eu.

 

Exposition du 2 juin au 30 août 2017

Les commentaires sont fermés.